Sur le Web, ces 30 derniers jours

mercredi 6 février 2019

  • 0. Actualités PPA

    Actualités PPA - Peste porcine africaine

    Le réseau SAGIR surveille étroitement l'état sanitaire des sangliers en France. Un bilan régulier des collectes de cadavres et prélèvements par département est publié hebdomadairement sur le site de l'ONCFS.

    Janvier 2019

    Bilan des cadavres de sangliers pris en charge par le réseau SAGIR dans le cadre du renforcement de la surveillance PPA (mise à jour au 14/01/2019)

    Pour agrandir l'image - cliquer sur le lien - Ouverture dans une nouvelle fenêtre

    La mobilisation du réseau SAGIR pour la surveillance de la PPA se poursuit.
    Pour rappel, depuis mi-septembre tous les sangliers pris en charge par le réseau doivent maintenant être systématiquement testés pour la PPA. Les carcasses d'animaux chassés ne font quant à elles l'objet d'analyses que lorsque des lésions suspectes sont observées.
    En niveau de risque 2A, les cadavres entiers sont collectés et acheminés au laboratoire. En Zone d'Observation Renforcée (à la frontière avec la Belgique), les cadavres sont prélevés directement sur le terrain par les agents de l'ONCFS ou des FDC formés à opérer en toute sécurité.

    Du 16/09/2018 au 14/01/2019, 133 cadavres de sangliers ont ainsi été traités dont 23 dans la Zone d'Observation Renforcée (passée de 113 à 53 communes le 20/10/18) et 13 dans la ZO (Zone d'Observation) (limitée à 60 communes depuis le 20/10/18)

    Certains prélèvements doivent encore être acheminés et analysés, mais tous les résultats rendus à ce jour sont négatifs.

    Décembre 2018

    Bilan des cadavres de sangliers pris en charge par le réseau SAGIR dans le cadre du renforcement de la surveillance PPA
    (mise à jour au 20/12/2018)

    Pour agrandir la carte - cliquer sur l'image - Ouverture dans une nouvelle fenêtre

    La mobilisation du réseau SAGIR pour la surveillance de la PPA se poursuit.
    Pour rappel, depuis mi-septembre tous les sangliers pris en charge par le réseau doivent maintenant être systématiquement testés pour la PPA. Les carcasses d'animaux chassés ne font quant à elles l'objet d'analyses que lorsque des lésions suspectes sont observées.
    En niveau de risque 2A, les cadavres entiers sont collectés et acheminés au laboratoire. En Zone d'Observation Renforcée (à la frontière avec la Belgique), les cadavres sont prélevés directement sur le terrain par les agents de l'ONCFS ou des FDC formés à opérer en toute sécurité.

    Du 16/09/2018 au 20/12/2018, 112 cadavres de sangliers ont ainsi été traités dont 20 dans la Zone d'Observation Renforcée (passée de 113 à 53 communes le 20/10/18) et 12 dans la ZO (Zone d'Observation) (limitée à 60 communes depuis le 20/10/18)

    Certains prélèvements doivent encore être acheminés et analysés, mais tous les résultats rendus à ce jour sont négatifs.

    Novembre 2018

    Bilan des cadavres de sangliers pris en charge par le réseau SAGIR dans le cadre du renforcement de la surveillance PPA (mise à jour au 10/11/2018)

    Pour agrandir le graphique - cliquer sur le lien - Ouverture dans une nouvelle fenêtre

    Depuis l'annonce des cas de PPA en Belgique, on constate une forte mobilisation du réseau SAGIR pour l'acheminement de cadavres (départements en niveau de surveillance 2A ou 2B) ou la réalisation de prélèvements directement sur le terrain (Zone d'Observation Renforcée à la frontière belge).
    Tous les sangliers pris en charge par le réseau doivent maintenant être systématiquement testés pour la PPA.

    Du 16/09/2018 au 10/11/2018, 84 cadavres de sangliers ont ainsi été traités dont 16 dans la Zone d'Observation Renforcée (passée de 113 à 53 communes le 20/10/18) et 11 dans la ZO (Zone dObservation) (limitée à 60 communes depuis le 20/10/18)
    Certains prélèvements doivent encore être acheminés et analysés, mais tous les résultats rendus à ce jour sont négatifs.

    Octobre 2018

    Bilan des cadavres de sangliers pris en charge par le réseau SAGIR dans le cadre du renforcement de la surveillance PPA (mise à jour au 26/10/2018)

    Cliquer sur l'image pour agrandir la carte - Ouverture dans une nouvelle fenêtre

    Pour agrandir le graphique - Cliquer sur l'image

    Depuis l'annonce des cas de PPA en Belgique, on constate une forte mobilisation du réseau SAGIR pour l'acheminement de cadavres (départements en niveau de surveillance 2A ou 2B) ou la réalisation de prélèvements directement sur le terrain (Zone d'Observation Renforcée à la frontière belge).
    Tous les animaux pris en charge par le réseau sont maintenant systématiquement testés pour la PPA.
    Du 16/09/2018 au 26/10/2018, 73 cadavres de sangliers ont ainsi été traités dont 16 dans la Zone d'Observation Renforcée (passée de 113 à 53 communes le 20/10/18)
    Certains prélèvements doivent encore être acheminés et analysés, mais tous les résultats rendus à ce jour sont négatifs.

    Bilan des cadavres de sangliers pris en charge par le réseau SAGIR dans le cadre du renforcement de la surveillance PPA (mise à jour au 16/10/2018)

    Pour agrandir l'image - Cliquer sur le lien - Ouverture dans une nouvelle fenêtre

    Pour agrandir le graphique - Cliquer sur l'image

    Depuis l'annonce des cas de PPA en Belgique, on constate une forte mobilisation du réseau SAGIR pour l'acheminement de cadavres (départements en niveau de surveillance 2A ou 2B) ou la réalisation de prélèvements directement sur le terrain (Zone d'Observation Renforcée à la frontière belge).
    Tous les animaux pris en charge par le réseau sont maintenant systématiquement testés pour la PPA.
    Du 16/09/2018 au 16/10/2018, 60 cadavres de sangliers ont ainsi été traités dont 15 dans la Zone d'Observation Renforcée.
    Ce chiffre correspond au nombre de sangliers habituellement traités en une année par le réseau.
    Certains prélèvements doivent encore être acheminés et analysés, mais tous les résultats rendus à ce jour sont négatifs.

    Bilan des cadavres de sangliers pris en charge par le réseau SAGIR dans le cadre du renforcement de la surveillance PPA (mise à jour au 05/10/2018)

    Pour agrandir le graphique - cliquer sur le l'image
    Pour agrandir le graphique - Cliquer sur l'image

    Depuis l'annonce des cas de PPA en Belgique, on constate une forte mobilisation du réseau SAGIR pour l'acheminement de cadavres (départements en niveau de surveillance 2A ou 2B) ou la réalisation de prélèvements directement sur le terrain (Zone d'Observation Renforcée à la frontière belge).
    Tous les animaux pris en charge par le réseau sont maintenant systématiquement testés pour la PPA.
    Du 16/09/2018 au 05/10/2018, 45 cadavres de sangliers ont ainsi été traités. Ce qui constitue un chiffre exceptionnel pour une période aussi courte comparativement aux autres années.
    Certains prélèvements doivent encore être acheminés et analysés, mais tous les résultats rendus à ce jour sont négatifs.

    Septembre 2018

    Bilan des cadavres de sangliers pris en charge par le réseau SAGIR dans le cadre du renforcement de la surveillance PPA (mise à jour au 28/09/2018)

    Pour agrandir le graphique cliquer sur l'image - Ouverture dans une nouvelel fenêtre
    Pour agrandir le graphique - Cliquer sur le lien

    Depuis l'annonce des cas de PPA en Belgique, on constate une forte mobilisation du réseau SAGIR pour l'acheminement de cadavres (départements en niveau de surveillance 2A ou 2B) ou la réalisation de prélèvements directement sur le terrain (Zone d'Observation Renforcée à la frontière belge).
    Tous les animaux pris en charge par le réseau sont maintenant systématiquement testés pour la PPA.
    Du 16/09/2018 au 28/09/2018, 22 cadavres de sangliers ont été testés négativement pour la PPA.


mercredi 30 janvier 2019

  • Craintes confirmées pour les populations de perdrix grises

    Après les intempéries exceptionnelles du printemps 2016, les craintes sont confirmées pour les populations de perdrix grises

    Les premiers résultats des comptages d'été menés dans le cadre du réseau national perdrix-faisan ONCFS-FNC-FDC sont désormais connus et confirment les craintes soulevées par les pluies diluviennes ayant touché la partie Nord de la France au printemps dernier.
    perdrix griseA l'exception de quelques jeunes issus le plus souvent de nids tardifs dits de recoquetage, la reproduction est en effet quasi nulle dans de nombreux territoires (moyenne d'environ 1 jeune par poule selon les départements).
    De manière tout aussi inquiétante, dans certains secteurs du Bassin parisien, les adultes ont subi de lourdes pertes, sans doute épuisés ou affaiblis par ces intempéries exceptionnelles.
    Après plusieurs saisons de reproduction variant du moyen au mauvais, la perdrix grise a donc dû faire face aux pires conditions climatiques jamais connues depuis la mise en place des suivis de l'espèce à la fin des années 1970.

    Devant ce constat, il en est appelé à la responsabilité des chasseurs et des gestionnaires de territoires afin qu'ils prennent les précautions nécessaires pour préserver autant que possible les populations sauvages.

    2016 restera une année noire pour la perdrix grise

    Sans céder à la fatalité, l'Office national de la chasse et de la faune sauvage rappelle que, dans bon nombre de régions, seule une amélioration significative de l'habitat de cette espèce emblématique de nos plaines permettra d'en restaurer les populations et d'assurer le succès des initiatives fédérales de repeuplement qui se développent depuis maintenant quelques années, avec le soutien de l'ONCFS.
    Les actions positives en faveur du petit gibier portées par le monde de la chasse en lien avec l'établissement public et les organisations professionnelles agricoles, notamment dans le cadre du dispositif Agrifaune, méritent à ce titre d'être reprises et étendues.
    Il convient également de faire attention au faisan commun dont les populations sauvages ont également souffert des intempéries.


mardi 29 janvier 2019

  • 1. Réseau oiseaux d'eau - zones humides

    Présentation du réseau Oiseaux d'eau et zones humides (ROEZH)

    Logo du réseau Oiseaux d'eau et zones humides (ROEZH)
    C'est en 1985 que le réseau national d'observation Oiseaux d'eau et zones humides ONCFS/FNC/FDC (ROEZH) est mis en place pour assurer des dénombrements hivernaux réguliers d'anatidés et de foulques. Il a pour but d'évaluer l'état des populations d'oiseaux d'eau, y compris exotiques, et de caractériser la valeur pour ces espèces des zones humides inventoriées.

    Depuis 2015, les observateurs du ROEZH mutualisent leurs activités de dénombrement avec le réseau de Wetlands International, coordonné en France par la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). Depuis 2008, le ROEZH se mobilise sur une problématique nouvelle : celle des espèces d'oiseaux d'eau introduites en dehors de leur aire de répartition naturelle, qualifiées d'« exotiques », dont certaines peuvent devenir envahissantes.

    C'est l'unité Avifaune migratrice qui pilote ce réseau.

    *entre 1,8 et 2,3 millions selon l'enquête nationale tableau de chasse 2013-2014.

    Objectifs du ROEZH : dénombrer les populations et identifier les espèces envahissantes

    L'objectif initial des enquêtes du réseau Oiseaux d'eau et zones humides était de fournir des informations relatives à l'abondance et à la distribution des oiseaux d'eau pendant l'hiver, sur la totalité du territoire métropolitain.
    Il a ainsi permis d'évaluer les tendances démographiques de ces populations, notamment afin d'en gérer durablement la chasse.

    Ce réseau s'attache aussi à cartographier les habitats, notamment les roselières.

    Depuis 2008, ce réseau se concentre principalement sur l'expansion des espèces exotiques. Le réseau entretient des liens étroits avec les services de l'ONCFS chargés de la mise en œuvre des plans de lutte contre le développement des populations de ces espèces.

    Espèces et habitats suivis par le réseau

    Une trentaine d'espèces sont suivies par le réseau, notamment :

    parmi les espèces allochtones :

    parmi les espèces exotiques :

    Le réseau travaille aussi sur différents types de milieux :

    Habitat Etangs
    Habitat cotier
    Habitat de marais

    Principales pathologies affectant les espèces suivies

    Le ROEZH peut être amené à travailler avec l'unité Sanitaire de la faune et le réseau SAGIR (Surveiller pour agir) sur les pathologies susceptibles de toucher les espèces qu'il suit.

    Outils et protocoles utilisés pour le suivi

    Fonctionnement
    Le réseau Oiseaux d'eau et zones humides coordonné par l'ONCFS, repose sur des interlocuteurs techniques départementaux de l'ONCFS et des fédérations départementales des chasseurs pour l'organisation des observations.

    En ce qui concerne les recensements hivernaux d'oiseaux d'eau, les membres du ROEZH apportent leur contribution technique mais les données sont directement compilées par la LPO pour le compte de Wetlands International. Leur synthèse pour la France est réalisée conjointement par la LPO et l'ONCFS.

    Des enquêtes ponctuelles ont permis de cartographier la répartition des roselières, d'étudier la chronologie régionale de la reproduction des anatidés, ou l'utilisation du domaine public maritime.
    Il existe plusieurs enquêtes concernant le suivi des anatidés exotiques :
    l'enquête Erismature rousse évalue la distribution (présence et absence) et les effectifs de cette espèce par des prospections des sites d'hivernage (de décembre à mars) ou de reproduction (le reste de l'année) ;
    les enquêtes Bernache du Canada ou Ouette d'Égypte reposent sur le même protocole et visent à estimer les effectifs, leur progression et leur répartition spatiale, le type d'habitat occupé et l'importance des espaces protégés.

    Téléchargez les protocoles
    Protocole de suivi des principales populations nicheuses d'anatidés en France

    Résultats et valorisations du réseau

    Publications du ROEZH

    Pour toute demande documentaire complémentaire, consultez les pages du service de documentation ou contactez le service par mail

    Contact

    Equipe du réseau :
    Administrateur national : Claire Pernollet
    Responsable scientifique : Matthieu Guillemain
    Correspondant FNC : Jean-Pierre Arnauduc


    OFFICE NATIONAL DE LA CHASSE ET DE LA FAUNE SAUVAGE
    Réseau Oiseaux d'eau et zones humides
    Station de la Dombes
    Montfort
    01330 BIRIEUX
    Tél. : 04.74.98.31.82
    Fax : 04.74.98.14.11
    Courriel : unite.am@oncfs.gouv.fr


  • Domaine de l'étang du Grand Birieux

    Domaine de l'Etang du Grand Birieux

    Etang du Grand Birieux

    Situé au cœur de la Dombes, en pleine zone Natura 2000, classé Espace naturel sensible (ENS) départemental depuis 2014, le domaine de l'étang du Grand Birieux s'étend sur une surface de 148 ha. Il se compose de parcelles agricoles et forestières mais principalement d'un étang qui représente 63% du domaine soit 94 ha. C'est le plus grand étang de la Dombes qui en compte plus de 1400. Il est un site majeur pour l'hivernage des oiseaux d'eau et la reproduction de nombreuses autres espèces.
    Ce site, propriété de l'ONCFS, est un lieu d'études à la fois pour la Direction de la recherche et de l'expertise de l'ONCFS que pour d'autres structures. Le domaine ne bénéficie cependant pas de statut de protection stricte, ainsi différentes activités y sont pratiquées parmi elles : la chasse, une production piscicole et des activités agricoles. Certaines d'entre elles permettent de dégager un revenu contribuant à la gestion du site.

    Le premier plan de gestion a été formalisé en 2016 pour la période 2016-2020, il intègre un plan de gestion forestier simplifié. Le diagnostic initial intègre la Dombes dans son ensemble, écosystème dont l'Etang du Grand Birieux est totalement tributaire. Les principaux objectifs de ce plan de gestion sont :

    • Concilier la gestion traditionnelle d'un étang dombiste (restaurer et optimiser sa vocation piscicole) avec les objectifs environnementaux.
    • Valoriser le patrimoine naturel auprès du public.
    • Assurer la gestion courante du domaine.
    • Mettre en place une agriculture (d'assec et de périphérie) alternative.
    • Accueillir d'autres structures pour différents programmes de recherche ou inventaires.
    • Valoriser une chasse durable et raisonnée (faible pression de chasse et faibles prélèvements) et pédagogique (accueil des jeunes permis).

    Etabg du Grand Birieux

    Pour aller plus loin

    Contact :
    Maurice.benmergui@oncfs.gouv.fr


Filtre

Tous les articles syndiqués

Du site syndiqué

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 18 octobre 2016

Publication

301 Articles
8 Albums photo
Aucune brève
1 Site Web
106 Auteurs

Visites

3 aujourd’hui
7 hier
9895 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté