Le Blaireau

samedi 15 octobre 2016
par  Patrick MAGNE
popularité : 33%

Trace Du Blaireau

Image




BIOMETRIE
Le blaireau possède un pelage bien distinct : le dessus est gris, les dessous et les pattes noirs, la tête est blanche avec une bande noire de chaque côté (cette bande traverse les yeux). les oreilles possèdent un liseré blanc et des poils clairs à la base et au bout, noirs au milieu. La silhouette est massive, les pattes et la queue sont courtes, celle-ci est blanche au bout. La tête est assez petite mais le museau est relativement allongé. La mue commence au printemps (une seule mue). Les nouveaux poils de jarre et de bourre croissent en automne. Le Blaireau est essentiellement nocturne et crépusculaire sauf s’il n’est pas dérangé. Très prudent, il sort de son terrier avant la nuit entre mai et août, après s’être assuré en restant longuement caché à l’entrée du terrier, qu’il n’y a pas de présence étrangère. Les sorties sont moins régulières de novembre à février car en hiver, son activité diminue et il reste au plus profond du terrier. .En été, les jeunes sortent en plein jour pour chercher à manger si les aliments sont rares.
IDENTIFICATIONS
Le terrier : il possède de 3 à 10 entrées (parfois beaucoup plus) distantes de 10 à 20 m (exceptionnellement 100 m). Il comporte des galeries et des chambres garnies de feuilles et d’herbes. Les déblais sont rejetés à l’extérieur et renferment des restes de vieille litière (herbes, fougères) et parfois même des os de blaireaux morts dans le terrier. Les empreintes sont souvent très nettes à la sortie des terriers occupés. Le toboggan est caractéristique à la sortie des gueules : en évacuant l’ancienne litière à reculons, le blaireau fabrique un toboggan avec les déblais. Les crottes (laissées) : Elles sont généralement déposées dans de petits trous non refermés appelés pots. On peut trouver aux alentours du terrier des latrines formées de plusieurs pot à crottes. Elles sont de consistance variable selon les aliments (boueuses quand le Blaireau a mangé des lombrics). Les empreintes : elles montrent 4 doigts (le 5ème doigt marque généralement peu ou pas du tout) et un grand coussinet plantaire antérieures presque toujours visible . Empreinte antérieure de 4,5 à 6,5 cm de large. Empreinte postérieure de 3,5 à 4 cm de large. La tête et le corps mesurent de 70 à 80 cm pour les mâles et de 68 à 78 cm pour les femelles. La queue chez les mâles mesure de 12 à 18 cm et de 11 à 19 cm chez les femelles. Le poids varie en fonction de la saison. Les Blaireaux sont plus gros à l’approche de l’hiver. Le poids varie de 8 à 12 kg en moyenne. Le blaireau possède 34 dents. Il a parfois une minuscule prémolaire derrière les canines. Des arbres griffés jusqu’à une hauteur de 1 m 40 peuvent aussi témoigner de sa présence.
HABITAT
Le territoire couvre 30 à 50 ha dans les milieux riches et 150 ha et plus ailleurs. La densité est en moyenne de 2 à 20 adultes au 100 ha, mais en Lorraine comme dans le reste de la France (excepté en Bretagne) la densité de population ne dépasse que rarement 1,5 individu au 100 ha. Là où la densité est forte et le milieu stable, la dispersion est la plus faible. Les mâles se déplacent plus que les femelles et les sujets qui ont atteint la maturité sexuelle (plus de 2 ans) se dispersent davantage. Les émigrants peuvent se joindre à un groupe ou aller plus loin. La distance parcourue ne varie pas selon le sexe. A la fin de l’hiver, les mâles font des excursions temporaires sur plus d’un kilomètre, sans doute pour s’accoupler dans les territoires voisins. l’abondance maximale des Blaireaux est est atteinte dans la campagne cultivée où champs et prairies alternent avec des bois. On le trouve surtout dans les bois de feuillus avec possédant des clairières. Les galeries du terrier ont généralement 10 à 20 m de long. Les pièces fréquentées pour dormir sont garnies de matériaux plus ou moins variés que le Blaireau maintient contre son menton avec ses pattes antérieures et qu’il apporte à reculons. Les galeries mesurent au moins 20 cm de diamètre, les entrées souvent davantage et devant ces dernières, il y a un amas de déblais. Certains terriers sont occupés et agrandis par des générations successives pendant des décennies voire des siècles. Il peut y avoir plusieurs petits terriers dispersés dans le territoire en plus du terrier principal et qui servent souvent de terriers refuges. Le terrier se trouve dans les bois, les broussailles, les haies, les carrières, les falaises maritimes, les landes, les champs, les talus, sous des bâtiments ou dans des cavités naturelles.
COMPORTEMENT
L’espèce n’hiberne pas mais dort davantage en hiver (il semble que sa température baisse un peu). A la fin de l’automne, il pèse jusqu’à 3 kg de plus qu’au printemps. Les poils des flancs et du dos sont encore employés pour faire des pinceaux à barbe Le Blaireau est présent jusque dans certaines agglomérations. C’est ainsi qu’aux abords de Nancy, on trouve des terriers de Blaireau dans des petits bois à Vandoeuvre, Villers et Laxou, la ceinture boisée de l’agglomération Nancéienne. Les principales causes de mortalité sont le trafic routier et les persécutions de la chasse avec des pratiques inacceptables telles que le déterrage. Ses effectifs ont fortement baissé dans plusieurs pays européens (et notamment la France) à la suite des gazages au terrier pratiqués pendant longtemps pour lutter contre la rage vulpine (sans résultat tangible).
Ci-dessous des photos de terrier des Pyrénées, sur les montagnes de Saint Aventin, ou je réside 900 m d’altitude, proche de la rivière.
MALADIES
tuberculose, trichinellose
MOEURS
Le Blaireau est également coléreux voire hargneux et il sait user de son agressivité pour parvenir à ses fins. Blaireau est extrêmement tenace lorsqu’il mord, il ne lâche plus sa proie quitte à y perdre lui-même sa vie. Le Blaireau est un solitaire plutôt asocial.
REGIME
C’est en automne qu’il passe le plus de temps (jusqu’à 10 heures par jour) à se nourrir. Le Blaireau est omnivore et se nourrit essentiellement de lombrics, insectes (Coléoptères, chenilles, nids de guêpes et d’abeilles), œufs (parfois oiseaux qui nichent ou dorment à terre), cadavres (surtout en hiver), campagnols, taupes, Lapins, crapauds. Il consomme aussi des bulbes, myrtilles, framboises, avoine, blé, champignons, maïs, herbes et trèfle en hiver. Certains Blaireaux chassent des Hérissons. Plus carnivore au printemps et au début de l’été, plus végétarien à la fin de l’été et en automne (fruits et céréales).
CARACTERISTIQUE
Les Blaireaux forment des clans territoriaux, mais plusieurs clans peuvent se nourrir dans la même zone. Chaque membre d’un clan (sauf les jeunes) se nourrit solitairement. Localement, les femelles défendent chacune un territoire et celui d’un mâle peut en chevaucher plusieurs. On compte en moyenne, 5 à 8 adultes par clan et des jeunes. Le plus souvent, il y a davantage de femelles que de mâles et plus d’un individu de chaque sexe peut se reproduire au cours d’une année. Certaines portées peuvent avoir plusieurs pères. Les femelles ne se reproduisent pas toujours deux ans de suite. Dans certaines régions et c’est notamment le cas dans certaines parties de la Lorraine, les Blaireaux ne sont parfois pas assez nombreux pour former des clans. La toilette mutuelle est fréquente au sein du clan. Pour décrire les communications du blaireau, on a recensé de nombreux signaux sonores : reniflements, cris, gémissements, chevrotements, hurlements, grognements et un cri prolongé. Les jeunes bêlent et font entendre des bruits semblables à ceux des chiots ainsi qu’un cri aigu (marque d’affection). Les adultes émettent un grondement grave d’avertissement qui manifeste l’hostilité. Les femelles émettent un cri ressemblant à celui de la Poule d’eau. Pendant la copulation, le mâle émet un ronronnement guttural : le ronronnement des femelles et des jeunes est plus doux. Le Blaireau possède 2 glandes anales et une grande poche glandulaire sous-caudale. les membres du clan (surtout les dominants) frottent la sécrétion de cette dernière sur leurs congénères. Quand il se nourrit, le Blaireau dépose souvent cette sécrétion sur le sol. Certaines latrines sont proches du terrier, mais les autres ( 70 %) servent à marquer les limites du territoire. Il fréquente les latrines surtout au début du printemps, saison où les mâles présentent souvent des morsures. Le sens dominant de l’espèce est l’odorat, mais l’ouïe est également très fine. La vue en revanche est faible (myope), adaptée à une luminosité restreinte. Dans un terrier, 2 ou 3 Blaireaux peuvent partager une chambre, mais en général chacun change de chambre et de compagnon au bout de quelques jours. Il peut arriver que les Blaireaux partagent des terriers de grandes tailles avec d’autres espèces (lapin, renard).
CHASSE
Le déterrage est un mode de chasse ludique mais très physique, et pour l’homme et pour les chiens. D’un point de vue législatif, il faut rappeler que les dates de déterrage du blaireau sont spécifiques : de l’ouverture générale jusqu’au 15 janvier puis du 15 mai à l’ouverture générale. En effet les naissances du blaireau s’étalent de janvier à février, il est donc interdit de déterrer le blaireau pendant sa période d’élevage des jeunes.
REPRODUCTION
La maturité sexuelle est atteinte au bout de 9 à 18 mois pour les mâles et 1 à 2 ans pour les femelles. Le rut à lieu en février-mars surtout, mais a été également observé à tous les mois de l’année. L’œstrus (ovulation) dure de 4 à 6 jours et la copulation peut prendre de 15 à 60 minutes). Le rut est fréquent aussi de juillet à septembre. Les naissances ont lieu dès la mi-janvier et surtout en février (naissances signalées de la mi-décembre à avril). La durée de l’implantation différée (arrêt de l’évolution de l’embryon - schéma) est de 3 à 10 mois. La gestation réelle dure 7 semaines. Une seule portée annuelle de 1 à 5 petits (la moyenne étant de 2,7). La femelle possède 6 tétines. Les nouveau-nés sont roses avec un pelage gris, soyeux. Les yeux ne s’ouvrent qu’à partir de 5 semaines. Les dents de lait sortent à 4 à 6 semaines et les dents définitives à environ 3 mois, âge du sevrage qui peut être retardé de 4 à 6 mois si la nourriture est rare. Les jeunes restent sous terre environ 2 mois. Ils demeurent avec leur mère et en dépendent probablement jusqu’en automne et durant le 1er hiver. Pendant le sevrage, la mère peut régurgiter des aliments à demi digérés.
DÉGÂTS POSSIBLE
le blaireau provoque des dégâts aux cultures, propage des maladies, abîme les branches des arbres fruitiers, un destructeur de pelouse et de terrain de golf ou de football, pilleur de jardin, prédateur de gibiers, d’espèces protégées, d’animaux domestiques, mets en danger la vie des usagés des transports ferrés, cause de nombreuses collisions routières.
PRÉDATEURS
Son hospitalité est connue de toute la forêt, et il n’est pas rare de le voir partager son terrier avec un renard, un chat sauvage, un putois... Il aime la vie de famille et les terriers sont souvent habités par plusieurs groupes familiaux ou clans.
Image
Une empreinte de blaireau Le blaireau est un mammifère qui mesure environ 70 cm de long et pèse 20 kg en moyenne. Il possède des pattes trapues prolongées de 5 longues griffes. Il est plutôt rare de le croiser parce qu’il vit essentiellement la nuit. Heureusement qu’il laisse des traces de son passage dans la boue !
Image
Image
le blaireau....... la patte avant est plus grande que la patte arrière, les griffes marquent devant les doigts (environ 2.5 cm) celles des pattes avant sont plus longues que ceux de l arrière, elles sont au nombre de 5 a chaque pattes. le pouce est le plus bas ,sur la photo , coté gauche......
laissées de blaireau ayant mangé du maïs
Image
Le Pot du Blaireau à 20 m de son terrier, il à fallut rampé pour le trouver.
Image
Encore un pot du blaireau
Image
Image
Le terrier du Blaireau, plusieurs entrées sont visible, très difficile d’accès
Image


Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 18 octobre 2016

Publication

399 Articles
8 Albums photo
Aucune brève
1 Site Web
106 Auteurs

Visites

3 aujourd’hui
4 hier
13490 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés