Le cerf élaphe

dimanche 2 octobre 2016
par  Patrick MAGNE
popularité : 6%

Le cerf élaphe




BIOMÉTRIE
Le cerf élaphe atteint une longueur totale de 1.6-2.6 mètres, pour 0.75-1.50 mètres au garrot et un poids de 75-340 kilogrammes, variant selon la sous-espèce. Le poids des animaux est variable selon l’âge, le sexe et la région. Le poids des cerfs augmente de l’Ouest vers l’Est de l’Europe : de 120 kg en écosse à 250 kg en Europe de l’Est. Le poids des animaux se stabilise vers l’âge de 3-4 ans chez la femelle et 6-7 ans chez le mâle. En France, le mâle pèse entre 150 et 200 kg, la femelle entre 80 et 110 kg. Ce poids varie selon la qualité du milieu de vie (abondance de la nourriture) mais aussi selon la saison. Un hiver rude peut entrainer une perte de poids de 10 à 15 % chez les deux sexes, le mâle peut perdre jusqu’à 20 % de son poids pendant le brame et la femelle jusqu’à 15 % de son poids pendant la période d’allaitement. La queue mesure de 10 à 27 centimètres de long. Les sous-espèces Nord-Américaines et du nord est de l’Asie sont généralement plus grandes que les européennes. Les mâles sont également toujours plus massifs que les femelles. Le cerf élaphe est élancé, mais fortement constitué, avec un poitrail massif, et un cou assez élancé. Les yeux sont de taille moyenne, les oreilles effilées aussi longues que la moitié de la tête et des pattes très fines adaptées à la course rapide et aux bonds. Les pattes sont constituées de quatre doigts (les doigts 2,3,4,5, le pouce étant atrophié), les doigts 2 et 5, plus petits que les deux autres et ramenés vers les côtés de la patte, ne marquent normalement pas le sol lors des déplacements, excepté lors de déplacements dans la neige ou la boue.
Image
IDENTIFICATIONS
On l’appelle également cerf rouge et cerf d’Europe. Le poids des adultes va de 130 à 250 kg pour un mâle et de 90 à 130 kg pour une femelle. Celle-ci, appelée biche, a le corps plus fin que celui du mâle qui peut mesurer jusqu’à 1,30 m au garrot. Cerfs et biches possèdent une petite queue. Leur pelage est brun-roux en été et gris-brun en hiver. Le faon naît couvert d’un pelage brun clair tacheté de blanc qu’il perd vers l’âge de trois mois. La coloration du pelage varie fortement selon les saisons, l’âge et le sexe : d’une teinte brun-roux en été et gris-brun en hiver ; le mâle a généralement un pelage plus sombre que la femelle. La mue intervient deux fois par an, en avril-mai puis en septembre-octobre. Une tache jaune clair, appelées cimier orne la croupe des deux sexes. Le jeune, appelé faon, a, jusqu’à l’âge de quatre mois environ, un pelage brun clair tacheté de blanc que l’on appelle livrée. Le brame ou raire est le cri impressionnant du mâle, à l’époque du rut. Le jeune est appelé faon, le mâle est dit hère jusqu’à 8 mois, puis daguet et cerf au delà de deux ans. Le cerf atteint sa taille adulte entre 5 et 7 ans. La durée de vie est de 12 à 18 ans. Les empreintes : Elles sont de grande taille 8 à 9 cm x 6 à 7 cm pour le mâle et 6 à 7 cm x 4 à 5 cm pour la femelle. Quand le Cerf bondit, les empreintes des doigts postérieurs sont visibles. Les crottes (fumées, laissées) : Elles sont noires, de forme cylindrique, pointue à une extrémité et arrondie à l’autre. Leur diamètre est de 12 à 15 mm. Elles peuvent être regroupés en chapelet lorsque l’animal se déplace.
Image
fumées de cerfs ; du 31 janvier, elles prennent une forme différentes selon les saisons et l age,les fumées du cerf sont bien différentes de la biche : celles des cerfs sont bien moulées, plus lourdes , égale et peu abondantes avec un seul aiguillon court et gros ; celles des biches sont inégales beaucoup plus légères,plus longues a double aiguillons, moins grosses , souvent très noire, glaireuses et abondantes....Auteur : GJ7
Image
laissées de biches : glaireuses, plus longues et plus nombreuses que le cerf avec deux extrémités pointues , le cerf une seule pouvant s’emboiter les unes aux autres....Auteur : GJ7
Image
une photo 2 en 1 de jeune cerf troisième tête et de biche. notez le filet bien rectiligne entre les pinces de la biche très caractéristique...
Image
cerf quatrième tête marchant d’assurance.... sur du sable.... Auteur : GJ7
Image
2en 1 biche a gauche( filet caractéristique) et jeune cerf troisième tête a droite ,en terrain mou. Auteur : GJ7
Image
empreinte de cerf quatrième tête : patte arrière un peu en arrière et dans patte avant.Auteur : GJ7
Image
empreinte de cerf dix cors ,dix cors jeunement !!!!!! patte avant supérieur a patte arrière, patte arrière placé en arrière de la patte avant ,pied plus arrondis , le talon large atteint au niveau de la sole .( ici on, ne voit qu’une empreinte) en effet le dix cors jeunement, avec ses pinces ronde tire la terre a lui avec patte avant... Auteur : GJ7
Image
enfin, empreinte de cerf 14 cors dans la souille, la photo n’est pas de très bonne qualité mais faute de mieux..... patte avant beaucoup plus grosse que la patte arrière, patte arrière , placé en arrière de la patte avant, sole très large, cotés très usés et larges , pinces arrondies , talon usé , os ,gros ,ouvert ,usés a 5cm du talon . sur cette photo on voit bien le pied rond ,large et cotés usés.....Auteur : GJ7
Image
empreintes de cerf quatrième tête chassé a courre au galop, d’où empreintes des gardes bien marqués loin du talon..Auteur : GJ7
HABITAT
Bien qu’écologiquement adapté aux milieux ouverts, le cerf est aujourd’hui attaché au milieu forestier où il trouve refuge, protection et tranquillité. On le rencontre des forêts de feuillus aux futaies de résineux, en plaine ou en montagne, parfois jusqu’à 3000 m d’altitude. Un cerf adulte vit annuellement sur 2000 a 5000 ha. Le secteur de rut d’automne et la zone occupée au printemps sont généralement distincts. Le cerf recherche un habitat à forte valeur alimentaire et la biche qui exploite des surfaces plus petites, privilégie des habitats fermés offrant un refuge diurne et une protection maximale.
MŒURS
Le cerf est une espèce grégaire et sociable qui s’organise en hardes, de 3 à 8 individus en forêt, ou de plusieurs dizaines d’individus en milieu ouvert. On compte des hardes de biches et de jeunes, sous la conduite d’une biche expérimentée, des hardes de mâles et des hardes mixtes, en hiver surtout. De décembre à août, les adultes des deux sexes vivent séparés. La cellule de base est le trio familial, composé d’une biche et de ses deux jeunes, celui de l’année en cours et celui de l’année précédente. Vers deux ans, le jeune mâle rejoint les hardes de mâles, la jeune biche s’installe à proximité de sa mère.
RÉGIME
Un animal adulte ingère 10 à 15 kg de végétaux frais par jour. Il sait adapter son alimentation aux disponibilités des milieux et selon les saisons. Celle-ci se compose de graminées, de feuillages d’arbres ou d’arbrisseaux et de sous-ligneux. En hiver, des rameaux de résineux et même des rhizomes de fougères sont consommés. Les cultures agricoles périphériques aux forêt sont aussi visitées.
CARACTÉRISTIQUE
Le cerf élaphe est le plus grand des animaux sauvages vivant en Suisse. Dans notre pays, il a connu des fluctuations d’effectifs importantes au cours des derniers siècles. Vers 1850, il avait pratiquement disparu, à l’exception des Grisons où subsistaient encore quelques petites hardes. Depuis 1870, la recolonisation du pays a repris et aujourd’hui on rencontre des cerfs aussi bien dans les Alpes et les Pré-alpes que dans la chaîne du Jura, ou encore dans la plaine de Magadino au Tessin. Bien que le cerf soit encore absent dans les cantons du nord-est de la Suisse (de Neuchâtel à Thurgovie), la tendance est à une recolonisation prochaine de l’ensemble du pays. La politique cynégétique et parfois des repeuplements ont déjà conduit à la progression de l’espèce dont les effectifs sont estimés à 24 000 têtes.
PRÉCISIONS
Seul le mâle porte des bois ramifiés qui tombent chaque année en fin d’hiver et repoussent aussitôt sous le velours, en 3-4 mois. Les premiers bois apparaissent vers l’âge d’un an. Leur taille augmente à chaque repousse, mais le nombre de pointes, ou andouillers, n’indique pas l’âge de l’animal. Sa ramure est à son apogée vers l’âge de 8 à 10 ans. Elle régresse au-delà de 12 à 15 ans. Il laisse des empreintes, des fumées ou crottes. Mais les indices les plus spectaculaires sont les dégâts faits aux arbres, comme les abroutissements (prélèvements des bourgeons, ... ), les frottis sur les tiges qui sont alors dénudées voire arrachées, et l’écorçage, prélèvement de l’écorce avec les dents.
REPRODUCTION
Cerf et biche peuvent se reproduire dès leur deuxième année. Le mâle est polygame. Le rut a lieu entre le début de septembre et la mi-octobre, avec un pic durant la deuxième quinzaine de septembre. Après une gestation de huit mois, la biche donne naissance à un faon unique, qu’elle allaite au moins jusqu’en novembre.
DÉGÂTS POSSIBLE
Certaines sources estiment que le cerf pourrait causer de graves dégâts aux forêts dans lesquelles il est en surpopulation. Dans le Parc National des Cévennes, la forêt serait menacée. En effet, près de 15 000 ha sont classés en zone interdite à la chasse, ce qui aurait entraîné un pullulement des cervidés . Cependant, ces dommages pourraient être éviter en réintroduisant le loup dans le parc des Cévennes. Un problème identique avait été identifié dans le parc américain de Yellowstone : une surpopulation d’élans mangeant les pousses d’arbres entrainait une déforestation. La réintroduction du loup, prédateur de l’élan, a permis d’en contrôler la population et ainsi d’enrayer la menace sur la forêt. La réintroduction du loup a également permis de restaurer l’équilibre naturel de l’écosystème du parc, perturbé depuis son extermination par l’homme dans les années 1950.
Image
dégats de biches et cerfs (écorçage), manque de nourriture....... (il y aurait aussi des sels minéraux)........!!!!!! la première photo sur pin sylvestre,
Image
dégats de biches et cerfs (écorçage), manque de nourriture....... (il y aurait aussi des sels minéraux)........!!!!!! la première photo sur pin sylvestre, la deuxième sur chataigner........., on le voit aussi assez couramment sur saule...
Image
coulée de biches ,bichettes et jeunes ,pour aller au gagnage...
Image
poils de biches bichettes et jeunes.....
Image
poils et bourre de dessus du cou de biches ,bichettes et jeunes......
PRÉLÈVEMENTS
Ne pas confondre sélectif et qualitatif ! Lorsque les chasseurs ont le choix, ils orientent prioritairement leur tir sur les sujets les plus gros, porteurs des bois les plus développés, laissant ainsi peu de chance aux animaux de vieillir . Pour tenter de remédier à cette situation, l’ANCGG a imaginé un plan qualitatif par sexe et par classe d’âge qui réponde aux exigences biologiques et comportementales de l’espèce. Il préconise : 1) La répartition des attributions en trois tiers sensiblement égaux : 1/3 de cerfs coiffés, 13 de biches, 1/3 de jeunes de l’année, ce qui permet d’ éviter un déséquilibre marqué au profit des femelles et des jeunes, donc de mieux maîtriser la dynamique des populations et les dommages à la végétation. 2 ) Le contrôle des prélèvements des mâles à l’aide de 2 bracelets spécifiques dont la définition est fondée sur un critère visuel indiscutable reflétant globalement l’appartenance à une classe d’âge. Par exemple : bracelet C1 :cerfs jusqu’à 8 ou 10 cors ( à pointe ou à fourche sommitale ) bracelet C2 : cerfs à empaumure (s ). Le premier concernera surtout les cerfs jeunes et subadultes, le second essentiellement les cerfs adultes et vieux, mais la détermination des critères dépend du type de biotope qui influe beaucoup sur la rapidité de croissance des animaux . L’attribution de C2 ne doit jamais excéder 20 à 30 % du total. Ce plan simple et pragmatique tient compte du fait incontournable qu’en France 75 % des coiffés sont réalisés en battue. Il ne repose pas sur l’estimation toujours aléatoire de l’âge précis des animaux vivants. Enfin, il se montre respectueux du polymorphisme naturel. Aucun type de cerf n’est favorisé ou défavorisé : on tire les daguets sans tenir compte de la longueur de leurs perches, les sujets avec ou sans empaumure selon leur fréquence au sein des populations. Rappelons à ce titre que deux facteurs apparaissent autrement essentiels pour conserver l’ intégrité du patrimoine génétique : l’existence d’un effectif reproducteur suffisant et la libre circulation qui permet les échanges. La menace n° : 1 qui pèse sur les grands ongulés, ce n’est pas le plan qualitatif mais la fragmentation de l’espace naturel. A condition de ne pas prélever trop de mâles par rapport à l’accroissement annuel, la répartition C1- C2 permet d’épargner une proportion importante de cerfs d’âge moyen (ce que fait la nature ) et d’aboutir à la constitution d’une classe d’animaux d’âge mûr. Mise en application , avec des variantes locales, dans une trentaine de départements qui réalisent un fort pourcentage du tableau national ( un peu plus de 50% ), cette gestion qualitative porte ses fruits. Le nombre de cerfs de 9-10 ans et plus y a sensiblement augmenté et la progression régulière de trophées inscriptibles au catalogue national constitue une preuve supplémentaire de son efficacité. Le plan préconisé par l’ANCGG nous paraît actuellement le meilleur compromis possible entre une régulation aisée ( fortes attributions, chasses collectives ) et les objectifs recherchés ( harmonie faune & flore, équilibre social des populations ). Il ne constitue ni une panacée ni un dogme. Analysons objectivement ses résultats sur le terrain et n’ oublions jamais, comme l’écrivait Hegel, que "La vérité est fille du temps, non de l’autorité". Guy Bonnet au nom de l’ ANCGG.


Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 18 octobre 2016

Publication

218 Articles
8 Albums photo
Aucune brève
1 Site Web
105 Auteurs

Visites

14 aujourd’hui
17 hier
5422 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés