Le courlis cendré

mercredi 5 septembre 2018
par  Administrateur
popularité : 27%

COURLIS CENDRÉ

Numenius arquata

Eurasian Curlew

Classe : Oiseaux

Ordre : Charadriiformes

Famille : Scolopacidés

JPEG - 29.5 ko

Migrateur et hivernant.

Nicheur localisé. Hivernant surtout sur le littoral de la Manche et de l’Atlantique. Des immatures restent sur les sites d’hivernage littoraux au printemps.

Etat de du courlis cendré :

NT (Presque menacé) - Liste rouge UICN mondiale

VU (Vulnérable) - Liste rouge UICN européenne

VU (Vulnérable) – Nicheurs (2016)

LC (Préoccupation mineure) – Hivernants (2011)

Liste rouge UICN « oiseaux de France métropolitaine »

Rapportage Directive Oiseaux – 2013 : (population nicheuse française) :

Effectif nicheur : 1 300 - 1 600 couples - tendance « en déclin »

Répartition : tendance « stable »

Effectif hivernant : 20 000 – 65 000 individus – tendance « en amélioration »

Statut juridique du courlis cendré :

Statut commerce international : aucun statut - Convention CITES

Statut européen :Espèce de faune protégée - annexe III –Convention de Berne

Statut communautaire (UE) Espèce pouvant être chassée - annexe IIDirective Oiseaux

Statut national : Espèce gibier dont la chasse est autorisée - Arrêté du 26 juin 1987

Réglementation et modes de chasse du courlis cendré :

Dates d’ouverture/fermeture

Chasse devant soi/ou à l’affut

Commercialisation interdite (Arrêté du 20 décembre1983)

Identification et critères de détermination :

JPEG - 9.5 ko

Le plus grand des limicoles.

Confusion possible : avec le courlis corlieu (nettement plus petit - poids entre 400 et 500 g -. croupion blanc, calotte brun noir coupée par une raie médiane claire, cri différent, et, sauf exception, présent en France que d’avril à septembre, surtout en zone côtière).

Taille : 50 - 60 cm

Envergure : 80-100 cm

Poids : 600 - 1300 g.

Plumage : longues pattes grises, bec, très long, arqué vers le bas. Dessus du plumage brun tacheté et moucheté de noir et de beige. Flancs blancs, tachetés de brun. Ventre blanc.

Distinction mâle/femelle : femelle en moyenne sensiblement plus grande que le mâle.

Distinction jeunes/adultes : jeunes un peu plus pâles, et bec en moyenne plus court.

Chant du courlis cendré : (Copyright : Volker Arnold, XC109742.).

Biologie du courlis cendré :

Régime alimentaire : alimentation au sol, en sondant la vase ou dans l’eau peu profonde : vers de terre ou marins, mollusques, crustacés et insectes.

Comportement social : reproduction en couples isolés, mais densité peut dépasser 10 couples/km2.

Grégaire en dehors de la période de reproduction (groupes de jusqu’à plusieurs centaines en hiver).

Reproduction du courlis cendré : première reproduction à partir de l’âge de deux ou trois ans.

Monogame, adultes fidèles à leur site de reproduction, où ils arrivent fin février/ début mars.

Hivernage : août – mars

Migration prénuptiale : février – mars

Reproduction : mars – juillet

Migration postnuptiale : septembre - novembre

Pontes : 3,8 œufs en moyenne en avril (parfois dès fin mars). Pontes déposées dans des dépressions du sol garnies de végétaux, dans des prairies ou des landes humides, plus rarement des cultures.

JPEG - 62 ko

Légende : Nid de courlis cendré

Incubation : 26 à 30 jours.

Pontes détruites pouvant être remplacées, jusqu’en juin.

Emancipation des jeunes : 32 à 38 jours (élevés surtout par le mâle)

Productivité, mal connue, probablement comprise entre 0,3 et 1 jeune/couple/an, en France.

Ecologie du courlis cendré :

Habitat : Prairies et landes humides, marais, vasières littorales, côtes et estuaires, plans d’eau peu profonds.

http://www.oncfs.gouv.fr/Decouvrir-... http://www.oncfs.gouv.fr/Decouvrir-...
JPEG - 8.1 ko
http://www.oncfs.gouv.fr/Decouvrir-...
JPEG - 8.6 ko
http://www.oncfs.gouv.fr/Decouvrir-...
JPEG - 12.4 ko
http://www.oncfs.gouv.fr/Decouvrir-... http://www.oncfs.gouv.fr/Decouvrir-... http://www.oncfs.gouv.fr/Decouvrir-...
JPEG - 9.7 ko
http://www.oncfs.gouv.fr/Decouvrir-... http://www.oncfs.gouv.fr/ONEPF-down...
JPEG - 17.8 ko
http://www.oncfs.gouv.fr/ONEPF-down...

Etudes et recherches à l’ONCFS :

Les courlis cendrés sont localement suivis sur des zones de reproduction, parfois depuis longtemps comme dans le Val de Saône ou en Alsace. Le baguage, parfois complété par un marquage coloré, apporte des informations sur les déplacements des oiseaux, leur survie, et leur fidélité aux sites. Les courlis cendrés hivernant sur le littoral sont dénombrés annuellement depuis 1977 à la mi-janvier. Localement, des suivis plus précis et continus sont assurés par des comptages mensuels.

Les prélèvements cynégétiques sont estimés grâce à des enquêtes ponctuelles dans l’ensemble du pays, et annuelles dans la région des Pays de la Loire. Ils sont estimés annuellement sur l’ensemble du littoral.

C’est l’unité Avifaune migratrice qui est chargée du courlis cendré à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS).

Tendances et répartition du courlis cendré en France :

Tendances :

Effectif hivernant : 34 000 – 61 000 individus (2010 – 2016). Tendance à l’augmentation depuis 1977 (comptages de la mi-janvier ; Mahéo 1978 - 2016) :

http://www.oncfs.gouv.fr/IMG/jpg/Te...

JPEG - 16.5 ko

Pour agrandir le graphique - cliquer sur l’image

Effectif nicheur : déclin modéré

http://www.oncfs.gouv.fr/IMG/jpg/Re...

Répartition :

Pour agrandir les graphiques - cliquer sur l’image

http://www.oncfs.gouv.fr/IMG/jpg/Re...

JPEG - 15.8 ko

http://www.oncfs.gouv.fr/IMG/jpg/Re...

JPEG - 11.8 ko

Répartition du courlis cendré, populations hivernante (à gauche, 2004 - 2010), et nicheuse (à droite)

JPEG - 32 ko

Estimation des prélèvements :

L’enquête nationale tableaux de chasse de la saison 2013-2014 a estimé que le prélèvement des courlis cendrés était compris entre 4 400 et 9 500 individus.

Menaces potentielles pour le courlis cendré :

Intensification de l’agriculture, perte et dégradation d’habitats de reproduction : drainage, conversion de prairies naturelles, tourbières et landes en cultures ou boisements, urbanisation et infrastructures, ensilage et fauches précoces, arasement des sols, morcellement de l’habitat, fertilisation, régression de l’élevage extensif, abandon de l’exploitation traditionnelle de landes.

Augmentation de la pression de prédation sur les pontes et les poussins.{{}}

Propositions pour la gestion :

Actions favorables à l’espèce  : préservation des prairies naturelles et des landes humides, incitations en faveur de l’élevage extensif, retard des fauches sur les sites de reproduction, prévention de la prédation.

Pour en savoir plus :

Page publications sur limicoles

Autres sources :

Page INPN du courlis cendré

JPEG - 37.2 ko

Bibliographie

Pour compléter les publications et rapports ONCFS accessibles ci-dessus :

MAHÉO R. 1978 – 2016. Limicoles séjournant en France (littoral). Rapports annuels Wetlands International / Office national de la chasse et de la faune sauvage.

CAUPENNE M. & TROLLIET B. 2015. Courlis cendré Numenius arquata. In ISSA N. & MULLER Y. coord. Atlas des oiseaux de France métropolitaine. Nidification et présence hivernale. LPO/SEOF/MNHN. Delachaux & Niestlé, Paris : 568 – 571.

FOUQUET M. 2013. Plan national de gestion (2014 – 2018) Courlis cendré (Numenius arquata). ONCFS, L’ile d’Olonne : 88 pp.

GIRARD O. 2008. Le courlis cendré (Numenius arquata). In : Tout le gibier de France. Atlas de la biodiversité de la faune sauvage. Hachette pratique : 297-300.

BEDNORZ J. & GRANT M. 1997. Curlew Numenius arquata. In HAGEMEIJER W.J.M. & BLAIR M.J., (Ed.). The EBBC Atlas of European Breeding Birds : their Distribution and Abundance. Published for the European Bird Census Council (T et A.D.POYSER), London : 300 – 301.

Pour toute demande documentaire complémentaire, consultez les pages du service de documentation ou contactez le service par mail



Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 18 octobre 2016

Publication

427 Articles
8 Albums photo
Aucune brève
1 Site Web
107 Auteurs

Visites

3 aujourd’hui
10 hier
23357 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté